https://r18.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Tricherie et intégrité académique


Chercher dans ce site


desbiens.marc-olivier@uqam.ca



Bien que la grande majorité des étudiants respecte les règlements et réalise ses travaux, examens et stages avec intégrité et honnêteté, la tricherie et le plagiat représentent un enjeu sérieux dans tous les milieux universitaires.

Soucieuse d’offrir aux étudiants un contexte d’apprentissage éthique, l’UQAM a révisé le règlement portant sur les infractions académiques. Depuis janvier 2009, le principe de tolérance zéro s’applique à toute infraction. 

Ce site Web présente le cadre règlementaire de l’UQAM, des conseils et des ressources pour éviter les pièges et renforcer les bonnes pratiques, ainsi que de l’aide aux enseignants afin d’appliquer la nouvelle réglementation.

Qu’est-ce qu’une infraction de nature académique?

Tout acte de tricherie tel que plagiat, fraude, copiage, falsification de document ou création d’un faux document constitue une infraction. Cet acte cause non seulement une injustice envers les étudiants qui agissent honnêtement, mais il dévalorise également la qualité de la formation, le processus d'apprentissage et la valeur du diplôme de l’étudiant fautif.

Les infractions peuvent prendre différentes formes dont :

  • l’usurpation d’identité
  • le plagiat
  • l'autoplagiat (remettre le même travail dans deux cours différents)
  • la possession illégale de questions ou de réponses d'examen
  • l'utilisation de matériel non autorisé pendant un examen 
  • l'utilisation de la copie d'examen provenant d'une autre personne
  • l'obtention de toute aide non autorisée
  • l'obtention d'une évaluation non méritée par corruption, chantage ou intimidation 
  • la falsification d'un document ou la création d’un faux document
  • la falsification de données de recherche dans un travail

Ce phénomène est-il répandu?

À l’UQAM, 530 infractions de nature académique ont été recensées entre les années 2000-2001 et 2005-20061, une moyenne de 88 infractions sanctionnées annuellement. Ce phénomène n’est toutefois pas unique à l’UQAM, puisqu’il est répandu dans toutes les universités à travers le monde.

Les recherches sur le sujet sont nombreuses dans les milieux universitaires depuis plus de 40 ans. Dès 1964, une étude américaine2 rapporte des comportements malhonnêtes pour au moins un travail écrit chez 65% des étudiants. En 2005, une étude française3 démontre que plus des trois quarts des étudiants ont eu recours, durant leurs études, à la méthode du «copier-coller» pour réaliser des devoirs universitaires.

Pourquoi les étudiants trichent-ils?

Plusieurs causes peuvent pousser les étudiants à tricher.

  • Temps insuffisant pour les études
  • Lourdeur de la tâche
  • Difficulté des travaux à réaliser
  • Désir de réussir à tout prix

La tentation de tricher peut devenir plus forte dans un environnement où les mesures de contrôle des modes d’évaluation sont moins serrées et où les chances d’être pris sont faibles. Si plusieurs étudiants ne comprennent pas ce qui constitue une infraction par manque d’information, d’autres, croyants ne pas se faire prendre, agissent avec une naïveté déconcertante.

Par exemple, certains étudiants croient à tort que des sources d'information provenant de certains sites web n'ont pas besoin d'être citées parce que leur auteur n'est pas connu. Un autre facteur expliquant la présence de tricherie vient du fait que plusieurs enseignants ferment les yeux devant les infractions commises4 pour plusieurs raisons, notamment le manque d’information, le manque de soutien ou la crainte de représailles de la part des étudiants fautifs.

  1. UQAM, Vice-rectorat aux études, Bureau des études et des programmes, Isabelle Labrie, Dénombrement des infractions de nature académique par type et par faculté, 2000-2001 à 2005-2006, hiver 2006.
  2. Bowers, 1964.
  3. http://www.compilatio.net/fr/
  4. Selon la dernière étude d’envergure sur le plagiat aux États-Unis en 2002 (portant sur 50 000 étudiants et 10 000 enseignants), 40 % des enseignants conscients du phénomène n’ont jamais rapporté les infractions. (http://www.academicintegrity.org)
Retour en haut de page